La gestion forestière en 4 questions

18/05/2021

Toutes les actualités

Interview de Benoît RAYER, Responsable de la Gestion Technique des Forêts

Un groupement forestier est une société civile permettant à des particuliers d’investir dans la forêt. Ce dernier offre ainsi un accès à la classe d’actifs forestière et à des avantages fiscaux extrêmement importants lors de la transmission du patrimoine.

Depuis plus de 30 ans, Benoît Rayer est en charge de la gestion technique des forêts des Groupements Forestiers de FIDUCIAL Gérance.

Nous lui avons posé quelques questions pour mieux comprendre ce que fait le marché des forêts aujourd’hui : revenus, prix d’achat, santé des forêts.

Comment se porte la forêt française ?

Benoît Rayer : Sa surface est en constante augmentation depuis 4 décennies et a doublé en deux siècles, elle occupe la surface qui était la sienne à la fin du Moyen Age.La filière bois fait travailler plus de 400 000 personnes et devient de plus en plus performante.

Au coeur de beaucoup d’attentions, la forêt française est un formidable outil de lutte contre le réchauffement climatique entre autre, mais elle souffre aussi de ce réchauffement. Elle mérite donc ces attentions.

En résumé, nous avons besoin de la forêt et elle a besoin de nous.

Quel est le prix d’une forêt en France aujourd’hui ?

B.R : La valeur d’une forêt dépend de trois facteurs : la valeur du sol tout d’abord, dont le niveau de prix est en adéquation à celui de la terre agricole. D’ailleurs, la hauteur des arbres adultes dans une forêt donne une bonne indication de la qualité du sol.

Ensuite, la valeur du bois sur pied, qui est en général la plus importante des trois. Elle dépend de la qualité, du volume et des essences principales dans les peuplements existants. Nous prenons également en compte leur valeur d’avenir lorsque les arbres n’ont pas atteint le seuil d’exploitabilité. De plus, le fait de vendre directement nos bois donne une bonne connaissance du marché. Les accès à la forêt sont également pris en compte et peuvent donner une plus-value importante.

Enfin, vient le capital chasse, qui dépend du cheptel d’animaux, de la proximité d’une région à fort pouvoir d’achat et de la rareté de territoires.

À propos de leurs valeurs, les forêts gérées par FIDUCIAL Gérance sont assurées sur la base de reconstitution du peuplement existant pour les aléas climatiques (tempête et neige) comme pour les incendies.

Le prix moyen d’un hectare de forêt au niveau national est de 4 190 €. Cette moyenne est très largement composée de transactions sur de petites parcelles d’agrément. Or, les forêts que nous recherchons sont des forêts de production d’une surface importante (idéalement supérieure à 50 ha), dont le prix moyen, pour cette catégorie de forêt, se situe entre 10 000 et 15 000 €/ha selon le type d’arbre composant la forêt.

Comment achète-t-on une forêt ?

B.R : Il faut d’abord être au contact du marché, pour savoir qu’une forêt est à la vente. Nous sommes déjà présents dans 16 départements et avons donc un réseau de propriétaires, de partenaires, d’intervenants forestiers qui nous apportent des forêts à vendre.

Le marché des forêts est un marché tendu, il y a plus de demandes que d’offres. Il faut donc être rapide, réactif, inventif, pour tirer notre épingle du jeu face aux autres acheteurs.

Notre objectif, c’est l’achat, mais c’est surtout de mettre en place une gestion directe construite sur le long terme. L’achat, c’est le premier acte de la gestion d’une forêt, que nous considérons dans la durée. Nous sommes attentifs au potentiel d’une forêt et à sa gestion future.

Par prudence, nous menons systématiquement une contre expertise par un expert forestier indépendant.

Quels sont les revenus d’une forêt ?

B.R : Les revenus d’une forêt sont de deux natures : d’une part, il y a les revenus des coupes de bois. L’une de nos particularités d’ailleurs, est de privilégier la vente sur pied. Cela nous permet, à la différence d’autres structures qui vendent les arbres abattus, de limiter les risques : si les arbres sont invendus, ils continuent ainsi de pousser. Nous vendons aussi bien aux scieurs qu’aux exploitants forestiers. Ces derniers, qui ne possèdent pas leurs propres scieries, achètent sur pied et assurent l’exploitation, pour vendre, dans l’Union européenne ou à défaut à l’international. Faire appel aux exploitants forestiers nous permet d’élargir notre carnet d’adresses et nous ouvre le marché de l’export.

Les revenus de coupes doivent être considérés dans la durée : les coupes de bois sont le résultat de notre méthode de gestion forestière en direct. On garde les forêts, on les entretient, depuis plus de 40 ans, pour arriver à un bon équilibre entre la valeur de la forêt et les produits de coupes de bois.

D’autre part, il y a les revenus de la chasse. Toutes nos forêts sont chassées pour éviter que des animaux en surnombre ne mangent ou n’abîment les jeunes arbres.

Chez FIDUCIAL Gérance, la location des territoires de chasse se fait en direct. Depuis toutes ces années où nous sommes présents sur les sites, nous connaissons les forêts et la quantité de gibier qu’elles abritent. Cette connaissance fine des territoires nous permet bien souvent de valoriser les baux de chasse à des prix supérieurs au marché local.

De plus, nous sommes convaincus que le stockage du carbone par les arbres va devenir un revenu habituel des forêts et nous y travaillons.